Un week-end avec Théo !

Théo Andreoletti, du haut de ses 14 ans, nous raconte sa folle compétition sur le circuit du Luc en Provence, 6ème course du « Nice Prestige » qui eut lieu le 30 septembre et 1er octobre 2017. Cette piste avec des pentes et des enchaînements rapides a conforté Théo, car il a débuté sur celle-ci et l’affectionne particulièrement.

Cette compétition comprend onze pilotes dont Théo dans la catégorie « Cadets ».

Un samedi de préparation

La première journée permet de régler les kartings, de configurer le matériel pour mieux envisager la course. « Les sessions du samedi se font toujours entre pilotes de même catégorie, de façon à se juger pour le lendemain ... Une session, puis deux et trois, des temps pris au chrono parfaitement bons et dans le coup ! », expliqua Théo.

Dimanche, jour de course

La deuxième journée est plus intense, physiquement et moralement, laissant peu de répit aux jeunes coureurs. Ils débutent avec deux séances d’essais libres, puis une séance de qualification, une pré-finale et enfin la finale.

A cause d’une météo changeante, rendant la piste glissante, l’équipe STK Racing a dû changer tous les réglages faits la veille. Mais cela n’a pas empêché Théo de réaliser un super chrono : 2ème place à une minute de la fin, et 4ème à la fin de la séance des essais libres.

Au tour des qualifications

Après un combat avec Artus Lacroix, Théo finit à la 7ème place et ne cache pas sa déception malgré les félicitations de ses parents et de son équipe.

Pré-finale

« Je sais que je vais partir à la  7ème position, du côté droit de la piste, c’est bon, car le premier virage est justement à droite…  Je sais aussi que tout arrive lors du premier virage... L’ordre est donné, on prend la piste, la procédure est la suivante : on sort des stands, on fait 2 tours en respectant chacun sa position, sans aller trop vite. En fait la cadence est donnée par le Poleman. A la fin du 2ème tour de formation, chacun est à sa place, sur 2 couloirs à respecter, à un rythme très lent tout le monde regarde le drapeau, et à son signal, c’est le feu !!! Au bout de la ligne droite, le premier virage, et ... un accrochage avec les premiers ! ». Profitant de cet accident, Théo gagne quelques places. Malheureusement, une panne est survenue peu de temps avant la fin de la course, obligeant Théo à retourner au stand pour réparer en une heure de temps le problème technique.

Finale

Après avoir trouvé la panne et changé la batterie Lithium, Théo est prêt pour la course !

« Je passe le pilote qui me précède facilement, je suis 6ème, mais là, devant moi, il y a Enzo GIANINO, je ne peux pas rentrer derrière lui !!! Un petit contentieux entre nous fait que je suis ultra motivé, et il faut coûte que coûte passer devant et prendre la 5ème place. C’est dur ! Car on est dans le même rythme, tour après tour, je suis toujours collé à son échappement. Nous sommes à l’avant dernier tour, nous prenons la longue ligne droite du circuit, devant les stands, j’arrive à voir mon mécano et mon père me surveiller, je prends l’aspiration sur Enzo, le n°7 , et vraiment au bout de la ligne droite, je déboite sur ma droite, je freine très tard, et je passe , au freinage, à l’amorce du virage droit. J’étais fier de cette manœuvre !!! »

Théo finit la course dans le top 5 ! Et gagne ainsi des points pour le classement général et se place à la 6ème position.